Raconte-moi une histoire
21906
post-template-default,single,single-post,postid-21906,single-format-standard,theme-stockholm,stockholm-core-1.0.9,woocommerce-no-js,select-theme-ver-5.1.8,ajax_fade,page_not_loaded,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.3,vc_responsive

Raconte-moi une histoire

Quelle est la différence entre un bon photographe et un excellent? Pourquoi certains semblent s’élever si facilement au-dessus du lot? Rarement répondrons-nous que c’est grâce à « ses aptitudes techniques ». On parlera plutôt de sa capacité à nous faire vibrer, à nous raconter une histoire.

Jusqu’à un certain stade, on peut tous devenir un virtuose de la caméra ou faire chanter notre objectif, mais qu’en est-il de transmettre un sentiment, une idée? C’est une autre paire de manches. Il faut « apprendre à voir ». Entraîner notre cerveau à développer une compréhension intuitive du spectacle qui se déroule devant nos yeux. Ce faisant, on bonifiera notre langage photographique.

Ceux qui maîtrisent ce procédé possèdent un énorme pouvoir de communication. Ils savent transformer l’insignifiant en quelque chose d’éloquent. Ils créent de l’impact. La scène la plus banale deviendra, devant leur objectif, une fenêtre sur leur perception du monde. Ils ont de l’initiative et de l’innovation. Ils nous prennent par la main et nous font découvrir des lieux/gens/objets sous un nouvel angle.

Imiter des façons de faire peut révéler quelque chose d’unique et nous aider à développer notre propre vision.

La planète regorge de photographes qui ont le talent de nous faire voyager par leurs images; leur propre manière de voir se transmet dans chacune d’elles. Il y a beaucoup à apprendre de leurs démarches. Profitons-en! Prenons ce qui nous sied, balayons ce qui ne nous convient pas. Acceptons, ou du moins considérons, des manières de faire différentes. Il ne s’agit pas de se transformer en clones de nos mentors, mais de s’en inspirer. Imiter des façons de faire peut révéler quelque chose d’unique et nous aider à développer notre propre vision. Quand on échoue à ressembler à Garry Winogrand, on se découvre un peu plus soi-même. Quand on échoue à ressembler à Elliot Erwitt, on découvre un peu plus sa propre authenticité.

Pas de commentaires

Laisser un commentaire